GREVE DES INSPECTEURS FORMATEURS: Les élèves-maîtres craignent de perdre l’année scolaire

0
28

A moins d’un  mois de leurs examens de sortie, la 6éme promotion des élèves-maîtres en formation au centre national de formation professionnelle des enseignants CRFPE de Dakar sis à Rufisque risquent de ne pas terminer l’année en beauté. En Sit-In ce lundi 06, ils déplorent le préjudice subi avec les deux mois de grève des inspecteurs formateurs qui réclament le paiement des heures supplémentaires de l’année dernière. « Nous sommes  aujourd’hui à un mois des examens de sortie mais nous accusons un retard de 728 heures de cours en moyenne  alors que jusqu’à présent il y a des classes qui  n’ont pas encore fait la planification ni la fiche argumentaire. Alors, comment peut-on enseigner sans pour autant savoir comment planifier ni comment confectionner un fiche argumentaire » a signalé Djidiack Faye président de l’amicale des élèves-maîtres. « Depuis deux mois, les cours ne se passent pas correctement au CRFPE. Cela est dû à la grève répétitive des inspecteurs formateurs qui est en train d’impacter négativement sur la qualité de notre formation. Nous voulons terminer la formation en toute beauté est être opérationnel au niveau des classes », a-t-il fait savoir.

Pour sauver l’année, ils demandent à l’Etat de payer les inspecteurs pour qu’ils puissent continuer leurs études. «  Il y a de cela deux ans une tel situation s’est produit et que l’état avait regelé le problème en payant des heures supplémentaires des inspecteurs formateurs .ce sont des services déjà fait parce qu’il s’agit des heures supplémentaires de l’année passée. Pourquoi ne pas réglé la situation pour que nous puisons continuer à étudier », a-t-il fait remarquer.

Toutefois, ils lancent au ministre Serigne Mbaye Thiam afin de payer les heures supplémentaires des inspecteurs. « Nous n’avons pas un plan d’action spécifique tout ce que nous voulons c’est étudier. Nous demandons à l’Etat de régler ce problème  dans les plus brefs délais. Nous demandons qu’il augmente l’année parce qu’on ne peut pas faire tous ce qui nous reste d’ici un mois. Nous sommes prêt d’aller jusqu’à novembre », a-t-il laissé entendre.

Penda Sidibe

LAISSER UN COMMENTAIRE