Procès Imam Ndao: Le plan de Daech pour déstabiliser le Sénégal raconté par Matar Diokhané…

0
32

« Daech projetait d’installer un Etat islamique au Sénégal. J’ai reçu le message. Et, ceux qui sont en Lybie adhèrent à ce projet…« , révèle Matar Diokhané lors de son face à face avec le juge Samba Kane.

Supposé être le cerveau de la bande, Matar Diokhané est à l’origine du retour des Sénégalais partis dans les rangs de Bokko Haram, après un long entretien avec Abubakar Shekau, chef de fil de ladite organisation. Ce dernier, dit Matar, après un face à face qui a duré hui (8) tours d’horloge, de 9 heures à 17 heures, a été séduit. Ce qui fait qu’il a accepté de libérer ses concitoyens qui, estime Matar, ont été bernés afin qu’ils se rendent au Nigéria, en remettant à M. Diokhané la somme de 6 millions de Naira, soit 15 millions F Cfa, pour organiser leur retour au pays de la Téranga.

« J’ai reçu un message qui signifiait que Deach avait un projet d’installer, au Sénégal un Etat islamique« , confesse l’accusé. Un projet qu’il a reçu sous forme de document via Télégramme, visant surtout les Français.

Comment Deach comptait s’y prendre? En créant une instabilité en Gambie, ce qui permettrait, selon Matar Diokhané, qui en faisait part aux limiers, lors de l’enquête préliminaire, aux djihadistes d’y installer leurs bases pour pénétrer le Sénégal, le Mali et les deux Guinées.

Toutefois, Matar assure avoir fourni, volontairement, ces informations, détaillées, aux gendarmes pour, selon ses dires, leur mettre au courant. Et à la question du juge qui a voulu savoir comment il a su tout ça, en tant que simple maître coranique, il répond: « j’ai eu des échos, ensuite je me suis renseigné en faisant des recherches… »

« Je confirme l’existence d’un tel projet qui vise à installer un Etat Islamique au Sénégal, en Gambie, au Mali et dans les deux Guinées. Un projet déjà élaboré dans un document que j’ai reçu via Télégramme. Le projet consistait à créer une instabilité en Gambie à travers un coup d’Etat qui permettrait aux terroristes d’entrer dans les autres pays. Le projet devait être exécuté courant 2016-2017« , a dit Matar Diokhané. Il rappelle que ce document est conçu par Deasch et lui a été envoyé par Abou Souaib et Zaid Bâ…

« Pourquoi avoir gardé le silence après avoir reçu le message qui parlait de ce projet?« , lui demande le juge Samba Kane. Matar dit qu’il n’avait pas le temps de le faire parce qu’il devait retourner au Nigéria.

A rappeler que Matar Diokhané est né le 14 août 1986 à Médina Gounass. Il est marié sous le régime de la polygamie et a trois (3) épouses. Il est père d’une (1) fille. Sa profession, maître coranique. Il révèle que sa fille est née après son arrestation et se trouve probablement, selon lui, au Nigéria.

Les charges qui pèsent contre lui: actes de terrorisme par menace ou par complot, actes de terrorisme par association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, apologie du terrorisme, financement du terrorisme et blanchiment de capitaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE